Il n’y a pas de campagne européenne

Et la campagne de mobilisation bat son plein depuis longtemps déjà. Il ne s’agit pas, pour l’un comme pour l’autre, de convaincre massivement des électeurs : le fort taux d’abstention quasiment acquis conduirait à gaspiller de l’énergie pour des résultats faibles. Or, quand l’abstention est forte, tout stratège politique sait ce qu’il reste à faire : mobiliser son propre camp et compter sur son socle électoral habituel pour virer en tête.

Comments are closed.

%d bloggers like this: