Demain, les livres seront inépuisables

Demain, les livres seront inépuisables (Pierre Assouline, La république des livres)

On comprend que l’hebdomadaire américain Time ait sacré cet Espresso des livres « invention de l’année » et que celle-ci ait fait un tabac à la Foire du livre de Londres le mois dernier. Du moins a-t-elle battu des records de curiosité à défaut de records de vente. Elle n’en est qu’à ses balbutiements. Le constructeur doit encore élargir son catalogue à un maximum d’éditeurs et préciser son modèle économique ; car sa rentabilité s’inscrit encore dans un certain flou artistique. La machine exige du libraire un investissement oscillant en moyenne autour de 80 000 dollars ; elle peut fabriquer entre cinq et huit livres à l’heure pour une poignée de dollars l’unité. Difficile de rivaliser. Alors, cet Espresso ? Avec un sucre, ça passera mieux.

Comments are closed.

%d bloggers like this: