“Ruban blanc” de Michael Haneke

Cannes : la Palme d’or au “Ruban blanc” (“Das Weisse Band”) de Michael Haneke

“Le Ruban blanc” : violence et boucles blondes dans l’Allemagne puritaine

Un village de l’Allemagne du Nord protestante, à la veille de la première guerre mondiale. D’étranges événements y surviennent, à propos desquels “bien des questions restent sans réponse”, nous dit le narrateur, un ex-instituteur devenu vieux. Il ne faut pas compter sur le cinéaste (et auteur du scénario original) pour dissiper ces énigmes. Les épilogues en décryptage pédagogique à la Hercule Poirot n’ont pas droit de cité dans les films de Michael Haneke, qui tient à ce que le spectateur fasse sa propre lecture, qu’aucune interprétation ne lui soit dictée.

Le médecin du village est un beau jour victime d’un accident de cheval, une chute provoquée par un fil invisible tendu entre deux arbustes, qui disparaît aussi mystérieusement qu’il est apparu. Qui a posé ce fil, qui l’a retiré ? Cet incident est suivi de plusieurs autres, d’autant plus traumatisants qu’inexpliqués. Mort brutale d’une paysanne, saccage d’un potager, kidnapping d’un jeune handicapé… Préjudices dont les coupables restent inconnus.

Comments are closed.

%d bloggers like this: